Comment soigner les hemorroides ?

Très courantes, surtout après l’âge de 50 ans, les hémorroïdes touchent une personne sur deux. En France, deux millions de personnes souffrent de façon régulière de crises hémorroïdaires. Malgré ceci, cette maladie fait encore partie des sujets tabous dont on ose rarement parler. Ceux qui en souffrent préfèrent rester dans le silence et se lancer dans l’automédication au lieu de consulter un médecin. Et pourtant, il va de soi que comme toute maladie, une prise en charge médicale doit être entamée quand on veut soigner les hemorroides de manière efficace. Même si les hémorroïdes sont une maladie bénigne, les crises peuvent être très douloureuses et gênantes. Voici comment traiter les hémorroïdes sous tous les angles.

Soigner les hemorroides : mieux comprendre pour mieux réagir

Les hémorroïdes sont des varices ou veines dilatées qui se forment au niveau de l’anus et du rectum. Ces veines, qu’on appelle aussi coussins hémorroïdaires, se gonflent légèrement pour permettre la défécation. On parle de maladies hémorroïdaires lorsque les veines restent dilatées en permanence à cause d’une inflammation. La constipation, la perte de la tonicité des muscles avec l’âge, la sédentarité et la grossesse sont quelques-unes des principales causes des hémorroïdes. On distingue deux types d’hémorroïdes.

Il y a d’abord les hémorroïdes internes qui se forment à l’intérieur du rectum. Elles peuvent être du premier, du second, du troisième ou du quatrième degré. Ce dernier correspond à la phase la plus grave. Les hémorroïdes sortent de l’anus et ne peuvent plus être replacées à l’intérieur. On distingue aussi les hémorroïdes externes situées à l’orifice de l’anus. Elles sont plus sensibles que les hémorroïdes internes. Elles peuvent gonfler et devenir particulièrement dangereuses et douloureuses si un caillot de sang s’est formé à l’intérieur. Dans ce cas, une consultation s’impose pour soigner les hemorroides.

Soigner les hemorroides : les traitements locaux

Les poussées hémorroïdaires sont dues à une inflammation des hémorroïdes. Les traitements locaux disponibles pour soigner les hemorroides sont constitués de crèmes, de pommades ou de suppositoires ayant un effet anti-inflammatoire. Ils sont à base de corticoïdes ou d’anesthésiques (hydrocortisone ou benzocaïne). Ces produits sont prescrits par un médecin pendant quelques jours lorsque les symptômes sont intenses. Ils apportent un soulagement immédiat. Ils ne doivent pas être utilisés de manière prolongée, car ils n’ont aucun effet préventif. Ils ne permettent pas de prévenir les récidives.

Des produits lubrifiants sont également disponibles sur le marché pour faciliter la défécation pendant les épisodes de constipation. Ils peuvent être efficaces pour éviter les complications lors des crises hémorroïdaires. Ils peuvent être achetés librement, sans ordonnance. De nombreuses préparations contre les hémorroïdes pour usage local sont également vendues en pharmacie sans ordonnance. Elles peuvent apporter un soulagement rapide durant les poussées. Elles peuvent associer un anti-inflammatoire, un vasculoprotecteur et un anesthétique local. Certains produits contiennent aussi des extraits végétaux reconnus pour leur effet calmant. A noter que les laxatifs comme les lavements sont déconseillés pour éviter de traumatiser la région anale. Dans tous les cas, l’avis d’un médecin est toujours recommandé.

Soigner les hemorroides : les traitements oraux

Lorsque la douleur est intense, il est possible d’accompagner les traitements locaux antihémorroïdaires par un traitement oral. Les antalgiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme le paracétamol entrent dans cette catégorie. L’aspirine est toutefois déconseillée, car elle risque de favoriser les saignements. Les analgésiques tels que l’acétaminophène sont aussi conseillés pour soigner les hemorroides. Pour améliorer le flux veineux, les médicaments phlébotoniques ou veinotoniques ont longtemps été prescrits par les médecins. Ils réduisent la pression dans les veines. Mais leur efficacité est aujourd’hui remise en cause. De plus, ils ne sont pas remboursés par la Sécu.

Soigner les hemorroides : les traitements en cas d’urgence ou de complications

On assiste à un cas de complications hémorroïdaires lorsque la douleur devient insoutenable. Ceci indique généralement qu’un caillot de sang s’est formé à l’intérieur des veines. On parle aussi de thromboses hémorroïdaires. Une ulcération peut aussi apparaître dans de rares cas ou encore une importante perte de sang. Des traitements d’urgence doivent être entamés dans ces cas de complications. Il peut s’agir de traitement sclérosant. Le médecin injecte un produit chimique à la base des vaisseaux hémorroïdaires pour provoquer leur sclérose. Une ligature élastique peut aussi être envisagée. C’est la technique la plus couramment utilisée. Elle consiste à dévitaliser les tissus en ligaturant la veine dilatée avec une petite bande élastique. L’hémorroïde tombe au bout de quelques jours après s’être rétrécie.

La coagulation est un autre type de traitement qui peut être effectué pour soigner les hemorroides. Cette technique consiste à éliminer les hémorroïdes à l’aide de rayons infrarouges ou d’un courant électrique. Enfin, il y a l’intervention chirurgicale ou hémorroïdectomie. Ceci constitue généralement un dernier recours lorsque les hémorroïdes sont volumineuses ou lorsque les autres traitements n’ont pas été efficaces. Elle se pratique sous anesthésie locale ou générale selon le cas. Elle consiste à éliminer les tissus où se trouvent les hémorroïdes au bistouri. Cette méthode est radicale et élimine les risques de récidives. Toutefois, elle nécessite une récupération plus longue.

Soigner les hemorroides : commencez par appliquer ces quelques recommandations

Le premier traitement à adopter pour soigner les hemorroides commence par le changement des habitudes et hygiène de vie. Tout d’abord, prévenez la survenue de crises hémorroïdaires en luttant contre la constipation. Pour cela, buvez au moins 1.5l d’eau par jour. Privilégiez les aliments riches en fibres comme les légumes verts, les fruits, les agrumes, les tomates, etc. Evitez autant que possible les épices pimentées, l’alcool, le café, les sauces et les charcuteries. Allez à la selle régulièrement pour éviter le durcissement des matières fécales. Ne forcez pas pendant la défécation. Evitez de rester trop longtemps aux toilettes. Cela provoque une dilatation des veines. Gardez la région anale propre en prenant un bain ou une douche tous les jours. Après la selle, essuyez-vous doucement avec un papier hygiénique imbibé d’eau ou un linge en coton humide. Pratiquez des exercices physiques qui permettent une bonne circulation du sang. Portez des sous-vêtements en coton qui permettent une bonne évacuation de l’humidité.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: